cv, emplois, missions et stages en Belgique
207 Visiteurs connectés

Archives des éditos par dates enligne-be.com en Belgique

Archives des Editos par dates de Pierre Auguste

Enligne : edito
cv
Organisation Scientifique du Travail

 

Ce texte en trois épisodes a une fin provocatrice. Espérons que les provoqués s’y reconnaîtront.

Comme bien d’autres pratiques de ce bougre d’homme, l’organisation du travail remonte à la plus haute antiquité.

Les civilisations bâtisseuses nous ont laissé de bien belles traces de leur sens aigu de la division et de l’organisation du travail. À l’esclave, les viles besognes et les lourdes charges de la construction des pyramides et des temples. Aux patriciens et aux grands prêtres, la douceur de vivre, la béatitude des pensées éthérées, les félicités du commandement.

Les historiens du travail décèlent des traces de l’organisation du travail au XIVème siècle dans la construction navale à Venise où l’on pratiquait déjà le travail à la chaîne.

...

Par Pierre Auguste le 2017-07-18

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
Astrologie Politique

 

La science politique est à la science ce que l’astrologie est à l’astronomie. C’est une discipline en enfance. Elle n’en est encore qu’à l’état métaphysique.

Les grands prêtres de l’action politique et sociale vivent d’incantations, d’évocations, de processions, de promesses d’un monde meilleur. Dans l’au-delà du temps présent.

En quête d’autres marabouts, leurs fidèles manquent de fidélité.

Il a manqué au peuple souverain et à ses délégués, constitutifs du souverain people, quelques onces de rationalité, de réalisme, de sens de la mission.

« Je ne suis pas né avec le désir d’être roi, mais bien avec celui de vivre comme un roi », dit Créon dans Œdipe Roi. (Tragédies de Sophocle ; Moins 485-moins 406)

...

Par Pierre Auguste le 2017-07-11

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
Emploi et Invitation au Voyage

 

Le fait politique domine toute société organisée et tend à s’ingérer en toutes activités humaines. Mais les effluves encore exhalés par le dix-neuvième siècle ne sont pas tous politiques. Ainsi en est-il de l’antique thème du voyage dont les réminiscences se renouvellent et se revigorent au fil de la succession des générations.

« Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage », disait déjà Joachim du Bellay vers la fin de sa courte vie. (1522-1560)

Montaigne (1533-1592) avait toujours « le cul sur la selle » car « Il faut voyager pour frotter et limer sa cervelle contre celle d’aultrui.

...

Par Pierre Auguste le 2017-07-04

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
Abstention et Abstinence

 

Le Dieu Chronos qui dévorait ses enfants a déjà ingurgité plus de la moitié d’un tiers de ce siècle vingt-et-un, sur lequel nous fondions de grandes espérances. Il flotte pourtant dans l’air comme des senteurs du dix-neuvième siècle.

Partitions et nostalgies n’étant plus les mêmes, nous laisserons chacun se risquer à faire des correspondances et des filiations entre celles d’hier et celles d’aujourd’hui.

Mais il n’est sans doute pas inutile de rappeler quelques-uns de ces emportements qui ont saisi nos proches ancêtres.

Au début de la Troisième République, l’âme nationale était pétrie d’une grande diversité de groupes qui s’opposaient et, « en même temps », s’accordaient à regretter que rien ne fût plus comme avant.

...

Par Pierre Auguste le 2017-06-27

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
La Réforme des Retraites. 2 Prospective au Rétroviseur

 

Le rétroviseur est un instrument essentiel de la gouvernance d’une automobile et du pilotage politique. Il faut le regarder souvent, mais jamais très longtemps. Si Ésope l’avait connu, il en aurait fait quelque fable.

Mais la moralité de la politique, qui fut à l’ordre du jour d’hier, a déjà changé de nom aujourd’hui. Nul ne sait ce que sera devenue la morale quand « la fabula sera actée ».

La communication de nos gouvernants nouveaux pour promouvoir leur nouvelle méthode réformatrice fait penser à l’annonce annuelle de l’arrivée du Beaujolais nouveau.

Les assemblages des produits de nos terroirs politiques et culturels vont confronter une cuvée d’œnologues un peu verts et les éternels chevaliers de la table ronde imbibés jusqu’à la moelle de doctrines du dix-neuvième siècle.

...

Par Pierre Auguste le 2017-06-20

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
Réforme de la Retraite. 1-Retraite de la Réforme

 

Sectateurs et sectatrices du libéralisme et du dirigisme se sont affrontés dans un combat sans merci. Les Horace et les Curiace ont été évacués vers des hôpitaux saturés. Ils sont en réanimation. Les pronostics vitaux sont réservés.

Un clou chasse l’autre. Exit la promotion Voltaire. Place à la promotion Senghor. En colonne par six, elle est entrée à l’Élysée. Pourrait-il en être autrement quand les grands cerveaux sont structurés par la parité, la tiercité, les grands nombres.

Vous allez voir ce que vous et vos anciens avez déjà vu : le plus beau de ce que peut produire le plus beau de nos corps constitués.

Voici donc relancé notre grand remake quinquennal.

...

Par Pierre Auguste le 2017-06-13

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
Logement-Emploi-Transport-Enseignement. Le Quadrangle des Vicissitudes

 

Il existe une infinité de critères pour apprécier la qualité de la vie. Chacun sait qu’il vaut mieux être jeune, riche, beau, bien nourri, en bonne santé. Mais on ne peut pas tout avoir. Si l’on en croit les gazettes, ou la rumeur publique, on est quelque peu plus riche quand on est vieux mais il devient alors plus probable d’être malade.

Aussi vaut-il mieux prendre la vie du bon côté et commencer par le commencement.

Si l’on en croit les statistiques, il faut prendre la précaution de naître dans une famille d’enseignants. Si possible dans celle d’un proviseur disposant d’un logement de fonction. Cela facilite la formation, améliore l’orientation, réduit le temps des trajets scolaires.

...

Par Pierre Auguste le 2017-06-06

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
Gouvernance Transversale

 

Nous avons un gouvernement. Et plus si affinités. Électorales. Voici maintenant les législatives.

Nous sommes repartis vers des batailles intra et inter partisanes qui mettent une nouvelle fois l’économie et ses acteurs dans l’attente d’éclaircissement des horizons politiques. Le citoyen replonge dans le doute dont il espérait sortir.

Le nouveau président nous a annoncé et mitonné un gouvernement resserré constitué de ministres sélectionnés sur des critères de compétence plus que sur des obédiences politiques. L’intention est bonne.

Mais les citoyens qui ont un peu vécu savent ce que le mot organisation veut dire. Ils n’ignorent pas qu’il y a toujours quelque écart entre intentions et réalisations.

...

Par Pierre Auguste le 2017-05-30

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
Les Grands Mystiques de la Politique

 

Nous avons un gouvernement. Nous voilà enfin sortis des présidentielle et de cette constellation Caméléon aux couleurs mimétiques et changeantes. N’en déplaise, aux poètes, aux férus d’onomastique et d’anthroponymie, le nom de cet espace céleste a rimé avec celui de nombreuses stars de la politique.

D’aucuns ont voulu y voir la main de quelque Dieu organisateur de conjonctions de politiciens, de poètes, de philosophes, de commentateurs, morts ou vifs. D’autres y ont vu l’occasion de rappeler aux citoyens qu’il n’y a rien de nouveau sous les myriades de soleils de l’univers. Voici ainsi rallumée la querelle entre la fatalité des caprices divins et le déterminisme. L’une et l’autre se jouent de l’homme et de ses volontés.

Peut-être avez-vous éprouvé le vertige induit par ce mesclun de salades servi par l’actualité. Pour n’en fâcher aucune, nous ne classerons pas ces ombres qui ont défilé sur les murs des cavernes médiatiques. Nous ne nous hasarderons pas à dénombrer obédiences, corporations et coteries, ni à rappeler les ordres d’entrée en scène, de mérite, ou de notoriété des acteurs.

...

Par Pierre Auguste le 2017-05-23

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
Fricoteurs, Comploteurs, Tricoteuses

 


Nous avons un président. Le peuple attend du nouveau. On lui en a promis. Il avait déjà connu l’évolution, le renversement, la révolution. Il a failli avoir le dégagisme et le redressement. On lui promet la rupture avec le système. Personne ne sait ce que nous avons perdu ni ce qu’il pourra bien nous rester à subir.

Partis, camps et courants sont sortis divisés des élections primaires. Pulvérisés par les secondaires ils tentent de se ré-agréger dans les tertiaires.

Tous se prétendent démocrates. « Et en même temps », ils ne peuvent supporter les autres, récusent toute idée qui ne procède pas de leurs préjugés auxquels ils jurent fidélité. Les idées en sortirent divinement multipliées, les esprits diaboliquement embrouillés. Les favoris durent s’effacer. Place fut faite aux seconds ou tiers couteaux, qui se disent et se croient prêts à trancher les nœuds gordiens.

...

Par Pierre Auguste le 2017-05-16

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
Fin programmée du progrès

 

Nous avons un Président.

L’élection du président de la République se prépare de longue main par une publication édifiante. La mode en fut lancée par Louis Napoléon Bonaparte qui publia en 1844 « L’extinction du paupérisme. » Ce fut son premier pas pour devenir notre premier Président de la République…en 1848. Et voici le huitième de la cinquième !

Le paupérisme n’est toujours pas éteint, mais il semble que nous ayons échappé au pire dont certains des candidats nous menaçaient en tentant de se faire élire en se recommandant de l’extinction du progressisme.

Depuis la nuit des temps l’humanité a pris la mauvaise habitude de travailler à améliorer sa condition en maîtrisant le feu, en taillant et polissant la pierre, en coulant le bronze et battant le fer, en inventant l’élevage et l’agriculture. On a voulu nous faire croire que ce furent de grandes fautes d’avoir, de fil en aiguille inventé l’industrie textile et, machinalement, développé le machinisme qui permit accessoirement de condamner l’esclavage par lequel les plus forts sous-traitaient leurs fatigues.

...

Par Pierre Auguste le 2017-05-09

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
Imbroglio Cérébral

 

Il s’est toujours trouvé des présomptueux pour prétendre simplifier la vie et concilier les inconciliables. L’histoire et l’actualité en disposent autrement. Chaque situation appelle une situation plus compliquée, chaque appel à la concorde multiplie les discordes, le personnel politique s’éreinte à refuser ou à réformer les réformes. De préférence à contretemps. Les grands œuvres sont toujours inachevés et l’histoire n’est guère qu’un enchaînement de cafouillades.

Pendant des siècles, nos rois se sont employés à « arrondir leur pré carré pour en faire un hexagone. » Mais « en même temps », comme disent aujourd’hui les zélateurs de la synthèse, ils ont concentré le pouvoir en s’appuyant sur la féodalité qui fut le prototype de l’organisation territoriale de la République.

...

Par Pierre Auguste le 2017-05-02

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
Qualification Scientifique & Disqualification Politique

 

Par les hasards de son errance quotidienne entre les chaînes de télévision, le citoyen a vu s’enchaîner toutes choses et leur contraire. Il est ainsi passé de l’inévitable et désespérante chronique des élections présidentielles à une émission sur les espérances ouvertes par la mission spatiale Rosetta. C’est un peu tiré par les cheveux de la comète mais quelque dieu facétieux semble avoir commandé cette concomitance de l’odyssée spatiale de l’espèce humaine et de l’odyssée électorale, quinquennale, nationale.

L’idée est extravagante de rapprocher des programmes politiques au ras du sol et un programme de navigation dans les espaces infinis qui effrayaient tant cet Auvergnat de Paris qu’était Blaise Pascal.

On peut en faire trois conclusions : Il y a différentes manières de tirer des plans sur la comète ; Les états d’esprit, les promesses et espoirs scientifiques et politiciens sont à des années lumières les uns des autres ; Plus les politiciens manquent de notoriété, plus ils s’adonnent à l’ivresse des cimes de l’expression.

...

Par Pierre Auguste le 2017-04-25

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
Plans, Projets, Programmes

 

La politique est un sport de glisse. Les plans sont glissants, les projets patinent, les programmes dérapent.

Notre quinquennat finissant n’a échappé ni à la règle, ni à la fatalité par lesquelles rien n’advient comme prévu.

Pour sauver les banques menacées par la ruine des « sub primes » le gouvernement précédent avait dû « trouver l’argent où elle était » comme on disait naguère. Les prélèvements obligatoires s’étaient envolés et la dette nationale s’était creusée selon l’orientation des axes de référence des commentateurs politiques.

Après avoir déclaré la guerre à la finance, le successeur a cherché partout des capitaux.

...

Par Pierre Auguste le 2017-04-18

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
Chaud-froid climatique. Retour à la nature

 

Les écologistes et les ornithorynques sont apparentés. Ce n’est pas tellement parce que l’ornithorynque est un animal singulier pondant des œufs, allaitant ses petits, portant un nom d’oiseau, un bec de canard et un manteau de fourrure.

Ornithorynques et écologistes sont deux manifestations de l’évolution qui ont émerveillé les savants et bousculé la classification des mammifères. Ils ont surtout les propriétés communes d’avoir un petit cerveau, toutefois plus grand que celui des plus petits mammifères fossiles connus, et d’être dotés du sens de l’électro-perception qui leur permet de détecter les proies par leur champ électrique. Les uns et les autres savent qu’ils sont entrés dans une ère dite Anthropocène qui risque de les faire évoluer vers l’anthropophagie.

Nous avons tous entendu ce message des savants selon lequel nous sommes à la terre ce que l’astéroïde fut aux dinosaures. Mais nous savons aussi que l’accident cosmique qui provoqua leur disparition eut des conséquences fort longues à se dissiper, que les dinosaures sont morts de faim par la disparition de la végétation, sans avoir eu le temps d’inscrire le principe de précaution dans leur constitution. Les écologistes savent tout cela mais en tirent des conséquences qui vont à rebours du bon sens.

...

Par Pierre Auguste le 2017-04-11

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
Hébétude et Certitudes

 

En cette intense agitation préélectorale nous en entendons…de toutes les couleurs !

On se demande où ces étourdis en mal de suffrages ont bien pu trouver toutes les sottises dont ils nous abreuvent. Fut-ce en leur intellect ou en celui des citoyens consultés ? Quoi qu’il en fût, l’autosatisfaction qui sourd de tous les discours n’induit guère que pessimisme et dubitation. Nous voilà perdus, comme Hermione :

« Où suis-je, qu’ai-je fait ? Que dois-je faire encore ?

Quel transport me saisit ? Quel chagrin me dévore ?

Errante et sans dessein, je cours en ce palais.

Ah ! Ne puis-je savoir si j’aime ou si je hais ? » (Jean Racine ; 1639-1699 ; Andromaque)

L’une des plus belles perles du futur collier quinquennal aura sans doute été cette velléité macro-structurelle de réinstaurer un Service National Obligatoire d’une durée de… un mois ! En voilà une idée novatrice !

...

Par Pierre Auguste le 2017-04-04

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
Palabres sous l'arbre de la connaissance 16-Mésestime de l'humanité

 

Au terme de ces tours de piste préparatoires à l’élection présidentielle, l’enfant du peuple, que je suis, est agacé par la mésestime dans laquelle les protecteurs du peuple tiennent l’humanité. 

Mépris, rancœurs et pessimisme sourdent de la plupart des discours. Selon le distillat que l’on peut en faire, l’humanité se partagerait en deux catégories irréconciliables. D’un côté ceux qui ne sont bons qu’à exploiter leurs semblables et qu’il faut impitoyablement matraquer. De l’autre ceux qui ne sont bons qu’à être exploités et qu’il faut pitoyablement mettre en curatelle.

Finalement les discours ont l’effet inverse de celui qui est attendu. Les uns se mettent en position défensive en attendant des jours meilleurs. Les autres attendent qu’on les protège du pire faute de recevoir le meilleur.

Chacun voit croître et se multiplier la médiocrité dans laquelle nous entraîne cette asthénie attentiste. Mais nul ne mesure bien les efforts à consentir pour enfin en sortir.

...

Par Pierre Auguste le 2017-03-28

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
Palabres sous l'arbre de la connaissance 15-Informatique et Information

 

L’homme est un animal paresseux. Le plus oisif de la nature. Mais c’est un paresseux créatif qui a beaucoup travaillé pour s’épargner des fatigues. C’est ainsi qu’il a inventé l’esclavage, le joug, le collier, l’animal de trait. Pour se déplacer plus rapidement et sans efforts il a inventé les éperons, et plus tardivement les gaz chauds. Pour ne pas surcharger sa mémoire, il a inventé la tablette d’argile. Pour compter sans se lasser il a inventé les bûchettes, les jetons, le boulier, plus tardivement la Pascaline, plus tardivement encore l’ordinateur.

Pour transmettre l’information sans peine, il a inventé le messager, les ronds de fumée, les signaux lumineux, plus tardivement l’imprimerie, et successivement le sémaphore, le télégraphe, le téléphone la radio, la télévision et finalement Internet et le téléphone, portable sur les trottoirs. Désormais nul ne peut ignorer ce que font et où sont ses proches, même les plus lointains.

...

Par Pierre Auguste le 2017-03-21

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
Palabres sous l'arbre de la connaissance 14-Médecine et Technologie

 

Le poète disait que « l’homme est un dieu tombé qui se souvient des cieux. » 

En nos temps de religion écologique, on n’a toujours pas peur des mots et on dirait plutôt que l’homme refuse d’être un animal comme les autres.

L’homme a toujours dédaigné ces médiocres cadeaux de la nature que sont les maladies, les difficultés d’assurer sa subsistance, la prison de sa complexion. Et c’est ainsi qu’il a inventé Médecine et Technologie qui sont sœurs jumelles, filles d’Audace et de Génie. Et qui taillent leur chemin au cours du temps en conservant les acquis par une quête opiniâtre du renouveau.

On peut y voir une leçon politique qui disqualifie les batailles perpétuelles opposant conservateurs et progressistes.

Certes la médecine et la technologie ont chacune leurs spécificités mais elles se sont souvent rencontrées sur les méthodes et les moyens. Elles partagent de plus en plus leurs recherches et leurs actions sur des objectifs et des objets communs.

...

Par Pierre Auguste le 2017-03-14

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
Palabres sous l'arbre de la connaissance. 13-Du travail estudiantin au travail professionnel

 

Des voyants ultra-lucides nous annoncent la fin du travail. On se demande à quoi servira leur cerveau quand ils ne pourront plus le faire travailler.

S’il est un mot de la langue française qu’il faut employer avec précaution c’est bien celui qui désigne la principale occupation des hommes et évoque la plupart des actions qui leur procurent les moyens de vivre. Allez expliquer cela aux sommités qui se sont mises en travail pour accoucher de notre suprême souris politique et prétendent penser pour nous.

Contre toute logique on tente de nous faire accroire que le travail rémunéré est menacé d’extinction. Par une singulière conception de la société on veut oublier que le travail salarié résulte d’un excédent de charge des entreprises et des entrepreneurs individuels.

...

Par Pierre Auguste le 2017-03-07

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
Palabres sous l'arbre de la connaissance 12-L'esprit de justesse

J’avais en projet d‘écrire une page sur les mathématiques. Je n’y ai pas tout à fait renoncé mais j’en ai banni le titre car le mot « mathématique » est un épouvantail. D’emblée il vous fait perdre la plupart de l’audience que vous escomptiez. Escompter c’est déjà compter. Et compter est gênant pour les bien-pensants qui ont négligé d’apprendre à compter, ou qui veulent dépenser sans compter… l’argent des autres.

Sauve qui peut revoilà la mathématique !

En notre pays où fleurissent tant de bons mathématiciens, nous traînons une prévention contre les mathématiques que nous devons en partie à Blaise Pascal. (1623-1662).

J’ai une grande admiration pour Pascal, mathématicien précoce, précurseur du calcul des probabilités, inventeur de la roulette et du limaçon, physicien de première grandeur, constructeur d’une machine à calculer, créateur d’une entreprise de transports publics par coche…J’avoue ne pas le suivre quand il propose de parier sur l’existence de Dieu ou oppose esprit de géométrie et esprit de finesse pour se défendre des brocards de son copain Méré qui lui reprochait de s’enfermer dans un monde inaccessible au commun des mortels.

...

Par Pierre Auguste le 2017-02-28

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
Palabres sous l'arbre de la connaissance 11-Les Arts

 

Nous vivons sous l’emprise des systèmes. C’est un excellent système. Nous y trouvons la source de tous nos malheurs car la crise systémique est à la fois la rage, la peste et le choléra de la société d’aujourd’hui. C’est reposant pour le sens de la responsabilité.

Autrefois le système était modeste et se contentait de systématiser les pensées. Avec le progrès tout est devenu système.

Les philosophes n’avaient pas attendu les technologues pour nous « ensystémer ». Chacun y va de son petit « systus » pour nous apprendre à vivre.

En tête de son« Système Des Beaux Arts » Alain (1868-1951) affirme que chaque œuvre parle pour elle-même par l’émotion qu’elle produit. Tout semble là être dit et bien dit. Cela n’empêche pas l’auteur d’en écrire deux-cent-cinquante-deux pages et, si l’on ajoute ses « Vingt Leçons Sur Les Beaux Arts », ses « Entretiens Chez le Sculpteur » et sa « Visite au Musicien » cela fait cinq-cents pages à parler de choses qui parlent d’elles-mêmes.

...

Par Pierre Auguste le 2017-02-21

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
Palabres sous l'arbre de la connaissance. 10-Sur les chemins de la complexité

 

La technologie naquit le jour où un primate se saisit d’une branche morte pour atteindre un fruit hors de portée. Cependant qu’un sien cousin cassa quelque noix avec un caillou.

La rencontre de ces deux familles et de ces deux techniques engagea l’humanité sur les chemins des complications sociales et de la complexité technologique.

Nous laisserons aux politiciens le soin de démêler et emmêler les complications sociales. Nous, héritiers d’homo faber, savons que c’est en forgeant qu’on devient forgeron. Nous assumerons notre « bornitude » en réfrénant toute tentation de divagation sur les sentiers, rebattus et bourbeux, de la politique. Nous nous bornerons donc ici à la complexité technologique et systémique.

Après les avoir améliorés en les appointant, et après les avoir essayés à de nombreux autres usages, les deux compères s’avisèrent de rabouter leurs outils pour améliorer les performances de leurs chasses et mieux trucider leurs concurrents.

...

Par Pierre Auguste le 2017-02-14

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
Palabres sous l'arbre de la connaissance. 9-Système Thermodynamique de la Planète Terre

 

Jamais je ne donne de conseils afin de laisser à chacun le choix de ses actes et l’exercice de ses responsabilités. Mais je me plais à donner des avis. Surtout quand on ne me les demande pas. Chacun en fait ce qu’il veut.

En écoutant les discours teintés d’écologie, il me vient souvent à l’esprit que la complexité de la machinerie thermodynamique de la terre appelle à la circonspection, au travail et à l’humilité. Il faut être savant avant de prétendre y changer quelque chose.

Voici ce que je crois en avoir perçu.

Comme bien d’autres corps astraux notre planète est née par accrétion autour d’un noyau dont on ne connaît ni la masse initiale, ni la composition, ni l’état, ni l’énergie cinétique, ni l’énergie interne. Des collisions successives avec d’autres éléments de tailles et de natures diverses, astéroïdes, comètes, déchets épars, ont nourri l’astre en cours de développement ou lui ont arraché des fragments. Gigantesques ou petits, des chocs plus ou moins cataclysmiques ont changé la masse, le niveau d’énergie cinétique, électrique, le magnétisme, les pressions, les contraintes mécaniques ou tectoniques, le volcanisme, la radioactivité…

...

Par Pierre Auguste le 2017-02-07

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
Palabres sous l'arbre de la connaissance. 8-Entre Matière et Énergie

 

Quand on se mêle de palabrer sur les savoirs, on finit toujours par être confronté au problème insoluble de l’énumération et de la classification des sciences.

Notre titre est une ruse pour échapper à cette fatalité.

Einstein nous a appris que la masse de la matière et l’énergie sont équivalentes. Et chacun sait désormais qu’entre ces deux entités tout bouge, même ce qui paraît immobile. C’est souvent visible à l’œil nu. Cela se confirme jusqu’au-delà des télescopes et en deçà des microscopes.

Il a fallu des générations de mathématiciens et de physiciens de toutes sortes pour comprendre que tout bouge, mais selon les lois de la cinématique, et interagit mais selon les lois fondamentales de la dynamique et de quelques autres lois intérimaires qui donnent matière à employer des monceaux toujours renouvelés de cette matière grise qui ne rechigne pas devant le travail.

...

Par Pierre Auguste le 2017-01-31

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
Palabres sous l'arbre de la connaissance. 7-L'Instruction civique

 

L’instruction civique est une discipline à éclipses. Elle va et vient dans le firmament scolaire. À chacun de ses retours, nous en faisons une nouvelle lune comme jadis nos ancêtres, mais avec des appellations soumises aux lunaisons politiciennes.

L’instruction civique n’est guère qu’un besoin sécrété par le civisme. Mais le civisme est entré dans une longue phase d’évanescence.

Les mœurs évoluent au rythme des idées qui sont très changeantes. Le droit suit, mais à son rythme quinquennal. La tolérance des mœurs engendre le laxisme juridique. Finalement le civisme et l’instruction civique sont en en opposition de phase.

L’ouverture du monde, l’évolution des sciences et techniques, la propagation des idées, les mouvements de population, la contagion des conflits, appellent des réformes, toujours trop tardives, conduites dans l’urgence, souvent trop partielles.

Force est de constater que nous vivons dans une confusion qui appelle une phase de mise en ordre des esprits et des comportements.

...

Par Pierre Auguste le 2017-01-24

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
Palabres sous l'arbre de la connaissance 6-La morale

 

En nos temps d’indiscipline, la morale est une discipline de vie élastique et toute relative. En nos temps d’errances de l’enseignement, la morale est une discipline à programmer. Sans domicile fixe, tantôt elle se loge avec la philosophie, tantôt elle cohabite avec l’instruction civique, tantôt elle est oubliée car on ne sait plus où la mettre, ni qui la doit enseigner.

En nos temps d’intelligence, libertaire et libertine, chacun a sa morale, individuelle et portative, qu’il enseigne volontiers à autrui mais se garde d’appliquer.

En nos temps nihilistes, la Morale n’existe pas et n’est pas enseignable. Et la morale publique est partie à vau-l’eau et à vau-le vent.

Il y aura bientôt zéro virgule huit siècle que j’ai reçu ma première leçon de morale d’un instituteur qui n’était pas un apôtre du laisser aller. Il en avait écrit le texte au tableau noir qui commençait ainsi : « Un jour j’ai jeté une croûte. Mon père est allé la ramasser. » C’était un appel au respect du pain, du travail, des métiers, des champs cultivés. En bref, au respect des hommes.

...

Par Pierre Auguste le 2017-01-17

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
Palabres sous l'arbre de la connaissance. 5-L'Histoire

 

L’Histoire est sans doute l’un des secteurs du savoir humain les plus foisonnants et suscitent le plus de doutes, de controverses, de renouvellements.

Faut-il s’en étonner ? L’Histoire est un univers en expansion. Omnidirectionnelle, elle est ouverte à tout, dans le temps, en son amont et en son aval par les travaux des historiens, des archéologues, des anthropologues, des généticiens, des géologues…

Rien n’est plus difficile à appréhender que l’histoire. La vie se déroule partout en même temps. Chacun en est un témoin, mais partiel et temporaire. Nul ne peut la percevoir ni la rapporter en son ensemble.

Les historiens ne se fient qu’aux écrits fiables, aux témoins dignes de foi, aux indices matériels dûment avérés. Et c’est déjà là une immense tâche car les obédiences, les intérêts personnels, les doctrines, les faux semblants, les méfiances, les désirs de nuire, se liguent pour travestir les faits, à la source, en amont de l’écriture, et pour s’adonner au révisionnisme en sont aval.

...

Par Pierre Auguste le 2017-01-10

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
Palabres sous l'arbre de la connaissance. 4-Éloge de l'Inutile Savoir

 

 

Si l’on organisait un concours pour désigner celui qui a appris le plus de choses inutiles, je me présenterais avec la certitude de décrocher la palme.

Rassurez vous, je ne ferai ici ni l’inventaire de mes diplômes, ni la table des matières de mes lectures, ni la liste des enseignements reçus de la vie et des êtres que j’ai rencontrés, ni l’énumération des leçons que j’ai cru donner.

Sachez toutefois que mes cursus scolaires et professionnels ont été imbriqués et tortueux, que mes curiosités personnelles ont été changeantes mais opiniâtres, que le tout fut à la fois improvisé et prémédité, aléatoire et organisé, lacunaire et éclectique.

Comme bien d’autres écoliers je ne faisais pas de fautes sur « les mots d’usage », je savais accorder le participe passé, et je rédigeais « en style correct mais avec peu d’idées ». Je connaissais les tables arithmétiques. Je faisais sans faute les quatre opérations et la règle de trois. Je savais calculer la masse d’un parallélépipède de tel métal pour peu qu’on m’en fît d’abord calculer les trois dimensions et sans même qu’on m’en donnât la masse volumique qu’on appelait alors la densité.

Je m’insurgeais du sort réservé par les Romains à Vercingétorix, je vibrais au son du cor de Roland, je ferraillais avec Jean Le Bon aux côtés de Philippe le Hardi. Nonobstant quelques exceptions, je trouvais fort convenables les lignées de nos rois, de leurs ministres, de nos scientifiques, des auteurs de nos dictées, récitations et lectures.

...

Par Pierre Auguste le 2017-01-03

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
Palabres sous l'arbre de la connaissance. 3- La fiction du prêt à l'emploi

 

En un peu plus d’un siècle, la société française a été marquée par une formidable mutation. Deux guerres mondiales, la colonisation-décolonisation, l’industrialisation de l’économie, l’exode rural, l’expansion urbaine, le progrès technique, la naissance de l’organisation européenne ont montré notre aptitude au changement.

Depuis quelques années le monde entier subit une autre marée de bouleversements. La croissance démographique, la mondialisation, l’instabilité ou l’agressivité de certains états post coloniaux et/ou post totalitaires, les conflits ethniques ou religieux, les migrations massives qui en résultent, mettent à rude épreuve notre résilience. Ii est d’ailleurs significatif que cette notion, toute mécanique, soit utilisée pour conjurer la fragilité ressentie de notre organisation sociale et de notre moral.

C’est sans doute l’occasion de nous remémorer la phrase célèbre selon laquelle : « Foudroyés aujourd'hui par la force mécanique, nous pourrons vaincre dans l'avenir par une force mécanique supérieure. » Tout mécanicien sait qu’une mécanique devient supérieure par le nombre, par la juste masse, par la vitesse, par la complexité, par l’humanisation, notamment pour un bon couplage entre machine et opérateur humain.

...

Par Pierre Auguste le 2016-12-27

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
Palabres sous l'arbre de la connaissance. 2- La culture du corps humain

 

Je vais vous faire deux confidences.

• Les débatteurs et les débatteuses qui nous appellent à voter pour leurs fondamentaux me semblent un peu étroits de l’os frontal ce qui nuit à leur largeur de vue.

• Moi qui suis un musculaire, j’ai toujours pris du plaisir à bousculer les purs esprits. 

Il en est qui sont enfermés en leur carcasse comme dans une armure leur interdisant de se gratter l’oreille gauche avec la main droite et qui poussent des cris d’horreur quand ils assistent à un numéro de contorsionniste.

Les fans de Juvénal classent « un esprit sain dans un corps sain » au rang des merveilles de la nature. Ils savent que la culture du corps humain ne se limite pas au culturisme et que la gonflette fabrique des musculatures qui ne sont pas toujours très esthétiques. Notre machinerie est capable de performances et de prouesses qui forcent l’admiration.

...

Par Pierre Auguste le 2016-12-20

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
Palabres sous l'arbre de la connaissance. 1-La Langue Nationale

 

L’esprit religieux a voulu qu’une âme en vaille une autre. La morale a voulu qu’une vie en vaille une autre. Le politiquement correct voudrait maintenant qu’une intelligence en vaille une autre. Laissons la paternité de ces affirmations aux amateurs de métaphysique et aux doctrinaires. Examinons les réalités de la vie, en physiciens positivistes.

Le quinquennat scolaire et universitaire n’est pas encore fini. Nous voici repartis dans les palabres académiques des élections primaires. Nous ne sommes pas encore sortis de la gamberge. L’arbre de la connaissance est toujours plus branchu et, à l’inverse de l’amour de la mère, tous n’en ont pas leur part, personne ne l’a tout entier.

Les discussions réitérées et les querelles récidivantes laissent en suspens la question de savoir quelles doivent être la répartition et la concaténation des missions et des tâches dans le vaste système évolutif en charge de ce qu’autrefois on nommait Instruction Publique. Aujourd’hui les frontons et documents officiels affichent l’appellation d’Éducation Nationale, Enseignement et Recherche, que les utilitaristes nommeraient plutôt formation et préparation à l’emploi.

...

Par Pierre Auguste le 2016-12-13

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
La Grande Marche des Déambulateurs

 

Tous ensemble, ouais ! De Nation à République, marchons pour la vieillesse.

Vieux, nous le sommes, ou tous le deviendrons.

Oui, vieux camarade ! Vieux, tu l’es déjà. Toi l’aîné, le vioque, le vieux débris. Tu sucres les fraises. Tu te décatis de jour en jour. Tu es monté en grade dans la pyramide des âges. Tu y seras bientôt cinquième dan.

Tu vas devoir t’habituer à la dualité du discours bien-disant du politiquement correct et du vocabulaire décapant qui révèle l’esprit réel de la société. Le politicien « en campagne » te parlera gentiment de ta longue vie de labeur et de ta retraite bien méritée, cependant que le politicien « en responsabilité » guignera ce que tu auras économisé « pour tes vieux jours ».

Certains rêvent d’octroyer un droit au revenu universel. Des économistes ont découvert et s’étonnent que ton revenu en fin de parcours soit plus élevé que celui des pauvres et de ceux qui commencent à travailler aujourd’hui. Pour dispenser la richesse « ab ovo », il va falloir abonder par milliards les budgets de la générosité. Même si ton magot, « abondé » sous à sous, est modeste, prépare-toi à avoir des « sucis ».

...

Par Pierre Auguste le 2016-12-06

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
Réseaux immatériels

 

On nous a tout dit des réseaux sociaux. Nous savons presque tout de leur intérêt et de de leurs dangers, de leurs influences et de leurs vanités, de leur efficacité et de leurs abus, de leurs fulgurances et de leurs banalités, de leurs élégances et de leurs vulgarités, de leurs amusements et de leur ennui…

Bien qu’ils soient assimilés à un univers virtuel les réseaux sociaux ont un support bien matériel qui garde la trace de nos cogitations et de nos échanges.

Qu’il s’agisse des grands serveurs, de la masse des ordinateurs individuels ou collectifs, des moyens de transmission qui leur sont associés, les réseaux informatiques sont portés par la matière, l’énergie et la lumière qui sont consubstantielles si l’on en croit les scientifiques.

Nous voilà à l’aube de l’informatique quantique qui nous promet des prouesses et nous réserve des surprises car personne ne sait encore bien ce dont il s’agit.

...

Par Pierre Auguste le 2016-11-29

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
Économie et Économistes

 

Chacun peut l’observer, la politique et les politiciens nous trompent, l’économie et les économistes se trompent, les médias mélangent tout. Et nous, peuple souverain, baignons dans le chaud-froid de nos certitudes et de nos incertitudes.

L’économie est le clou auquel est accrochée toute notre vie matérielle et culturelle.

Que la « main invisible » du marché arrache le clou et tout s’effondre.

Après être entrée en certitude comme on entre en religion, la science économique est entrée en doute, en humilité, en méditation. Mais les économistes ont la foi indéracinable. Dans l’urbi de l’enseignement et l’orbi de la politique, ils tiennent toujours les mêmes discours. On est fondé à se demander comment et pourquoi après les écrits de Friedrich Hayek (1899-1992) et les récentes crises on peut encore être pur Keynésien, monétariste, étatiste totalitaire. Vive l’état ! Mais impartial, partiel et régalien.

...

Par Pierre Auguste le 2016-11-22

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
Pleins feux sur le plein-emploi

 

S’il est un sujet qui ouvre des questions sans réponse, c’est bien celui du plein emploi.

Toujours en quête d’échantillons représentatifs, les statisticiens s’interrogeaient déjà pour savoir à combien commence l’infini. Ils se posent aussi la question de savoir à quel pourcentage de personnes au travail commence le plein emploi.

La situation de non emploi se présente un peu comme un hall de gare où s’entrecroisent des voyageurs en partance, en transit, arrivés à destination, et même des gens qui n’ont nulle intention précise.

En ce monde, où tout est relatif à la position de l’observateur, chacun a son idée sur la « chose ». Entre les chômeurs qui sont tous les jours dans l’urgence et les gens « casés »pour qui rien ne presse, il y a ceux qui ne songent au sujet qu’aux rythmes des échéances électorales et de la publication des statistiques. Comme les amants infidèles, les inversions de courbes oublient les rendez-vous.

...

Par Pierre Auguste le 2016-11-15

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
Ékoge du Libérai-Dirigisme

 

Moi citoyen, je suis plutôt d’un naturel enjoué mais je suis aujourd’hui d’humeur bougonne. Il en est ainsi quand j’entends nos dirigeants tenir des discours sans nuances. Ils me font penser à ces systèmes mécaniques détraqués qui ignorent la complexité et ne savent aller qu’en butée, droite ou gauche, haute ou basse.

Il en est ainsi de nos politiciens qui se piquent de dirigisme et ceux qui ne jurent et parjurent que par le libéralisme. Certes il existe des règles générales de pilotage des systèmes, mais chacun a ses sujétions et ses lois spécifiques. Tout le monde le sait sauf certains politiciens, on ne pilote pas de la même manière une bicyclette et une automobile, un avion de chasse et un gros porteur, une barcasse et un sous-marin nucléaire, une PME et l’économie d’un grand pays.

L’économie ne connaît guère le cas général. Elle est plutôt faite de l’addition d’une, multitude de cas d’espèce tributaires de la nature des objets, des circonstances, des conjonctures. Même les hommes politiques les plus enjoués n’échappent pas à la bougonnerie lorsque les réalités contrarient leurs ambitions, leurs espérances.

...

Par Pierre Auguste le 2016-11-08

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
Economie. La chose et la science de la chose

 

Ami lecteur, je suis d’humeur taquine. Les discours entendus en sont la cause.

Comme aurait pu dire Alexandre Vialatte, l’économie remonte à la plus haute antiquité. Elle n’eut nul besoin des économistes pour exister. Les économistes sont de purs produits de l’économie des temps moderne. Arrivés tard dans le concert des savoirs, ils sont héritiers des comptables et des scribes sumériens. Ils feignent d’être les ordonnateurs de toutes choses. Bien qu’ils ne soient pas fainéants, en leur royaume ils sont, en quelque sorte, des rois feignants.

L’économie est née d’un lent et progressif processus de rupture de l’isolement de l’homme, de la famille, de la tribu, de la société pour augmenter la diversité, la qualité, la quantité des produits et services nécessaires à la vie et à son agrément. Les principaux moteurs du développement ont été la division du travail, la spécialisation, l’organisation des échanges, l’invention de la monnaie devenue marchandise.

...

Par Pierre Auguste le 2016-11-01

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
Facéties dans l'air du temps

 

On dit que le ridicule ne tue pas. Mais ceux qui prétendent nous gouverner finiront par nous faire mourir de rire. Voilà pourquoi nous passons tant de temps à pleurer. C’est le temps de la désespérance.

Le sommet de la ridiculité est atteint par ces grandes âmes qui veulent réécrire l’histoire pour la faire entrer dans le droit-fil de leurs doctrines.

Chacun la veut comme ça l’arrange. Cela commence par l’éternelle querelle de la date du commencement de l’histoire. Certains la font naître en 1789, d’autres ne veulent la connaître qu’après 1936, d’autres après 1958, d’autres encore après 1981. Toute la demi-éternité de leur amont ne serait que ténèbres.

Avec eux la lumière vint !

Oubliés Celtes et Gaulois. Oubliées les invasions des Romains, Francs, Goths, Wisigoths, Vikings, Huns, Vandales, et Maures. Exit Vercingétorix, Gergovie, Alésia, les Champs Catalauniques et toutes les résistances qui pourraient entacher la belle idée fausse selon laquelle la France aurait toujours été une terre d’accueil.

...

Par Pierre Auguste le 2016-10-25

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
Candidatures primesautières

 

Nous voilà partis pour les primaires. En notre système politique, l’élection présidentielle avait la primauté. Mais en notre logique cartésienne, elle est reléguée en position secondaire dans les échelles du temps et des importances.

De jeunes étourdis s’y mêlent aux vieux briscards pour solliciter les suffrages. Bah ! Il faudra bien que jeunesse se passe. Espérons que cela ne sera jamais à coups malencontreux de sceptre sur les têtes qui dépasseraient, ni à coups intempestifs de serpe dans des institutions qui se surpasseraient ou trépasseraient.

Mais que de temps perdu à préparer des argumentations spécieuses, énoncer des balivernes, critiquer ce qui ne procède pas de l’excellence cérébrale de nos excellences républicaines.

Attardons-nous sur quelques propositions émises par de jeunes outrecuidants qui veulent se faire « couronner le chef d’un tortis de lierre » et prétendent nous apprendre à vivre.

...

Par Pierre Auguste le 2016-10-18

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
Économie. Du Totalitarisme au Tarissement

 

En regardant s’agiter, et en écoutant ces gens qui nous gouvernent, le citoyen de moyenne cérébralité est saisi d’effroi. L’une de ses lancinantes questions reste sans réponse : Où nous conduisent-ils donc ces étourdis ? Mais « la question ne sera pas posée ». Nobody n’ose car les acquis sont précaires. Même pour la classe pensante.

Dans notre chronique, nous nous obstinons à enrichir l’inventaire toujours ouvert des contradictions, des contresens, des contrevérités, des contretemps, des contrariétés, des controverses, dont nous abreuve la classe politique. Alternances, coalitions et cohabitations n’y changent pas grand-chose car concurrents et adversaires trouvent toujours des arrangements doctrinaux ou circonstanciels entre frères, cousins et copains.

Selon toute probabilité, sur le long terme, le prélèvement fiscal à la source du revenu abondera moins les budgets publics que l’inventaire des incohérences de la gouvernance.

...

Par Pierre Auguste le 2016-10-11

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
Conservation et Innovation

 

Il faut se méfier des idées qui voguent dans l'air du temps. Les plus stupides parviennent à s'ancrer dans les têtes les mieux faites. Les plus courtes finissent par trouver place dans les têtes bien pleines.

L'esprit démocratique aidant, les têtes politiques sont les plus menacées car il ne faut fâcher personne pour se faire élire. Au pays de l'égalité, toutes les idées et toutes les voix se valent. Et chacun est libre de fraterniser avec les imbéciles.

Moi qui suis issu de la tribu des Gabales, authentiques lanceurs de javelot, j’ai la tête moyennement faite et moyennement pleine. Je m'étonne de voir qu'en notre pays Gaulois, on s'accorde aujourd'hui pour mettre les conservateurs au pilori et hisser sur le pavois les novateurs. Et vice versa.

Les étourdis qui nous gouvernent, ou aspirent à nous gouverner, excellent pour nous expliquer ce qu'ils sont les derniers à comprendre. Eh oui, la synthèse est chronophage et requiert des catalyseurs à prix de platine !

...

Par Pierre Auguste le 2016-10-04

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
La Guerre Sans Nom

 

C’est la guerre ! Le mot a été lancé par la catapulte de la communication.

Il faudrait savoir pourquoi nous sommes dans une guerre sans nom, sans fin, sans front, sans lois, sans l’avoir déclarée, sans protagonistes bien dénombrés. Mais il faut laisser cette tâche aux historiens et aux littérateurs. Ils ne demandent qu’à abonder par leurs ouvrages la longue et sanglante épopée humaine. Chacun veut s’inscrire dans la continuité de Thucydide, de Plutarque, de Michelet, de Lavisse, de Max Gallo.

Les politiciens se rêvent plutôt dans l’action avec Périclès, Alexandre, Louis XIV, Bonaparte, Clémenceau, de Gaulle.

La mer méditerranée fut longtemps un lac romain. Certes les Arabes s’y sont largement installés et ont souvent convoité ses rives nord. Mais qu’ils aient été cantonnés dans les rives sud ne saurait accréditer l’idée selon laquelle la « mare nostrum » serait le siège d’un naturel mouvement respiratoire de l’histoire.

...

Par Pierre Auguste le 2016-09-27

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
Universalité et universalisme

 

L’univers est grand. On nous a appris qu’il est en expansion.

On nous dit maintenant que l’expansion s’accélère. La gravitation se transmettrait par des sortes de cordes vibrantes et quantiques à la fois. Mais que l’on sache, les cordes transmettent les efforts par traction, on voit mal comment elles pourraient pousser l’univers à « s’expansionner » toujours plus vite.

L’univers est encore vide d’explication.

Personne ne nous dit le comment, le pourquoi ni jusqu’où iront les immensités. C’est le grand silence. Il n’y a rien de bien nouveau loin du soleil. Déjà, Blaise Pascal « flippait » : « Le silence des espaces infinis m’effraie.»

...

Par Pierre Auguste le 2016-09-20

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
Universelle rêverie

 

Ils sont tous devenus fous. Nul pays, nul parti n’y échappe. L’idée dormait dans des grimoires. Pour briller au firmament politique les ambitieux agréent ce dernier avatar de l’extinction de l’inextinguible paupérisme. Le revenu universel est revenu. Désormais il hante et enflamme les bons esprits. Même l’Homo faber républicain est touché par cette grâce dont nul ne sait si elle sera efficace. *

Le débat sera sans doute comme on les aime car il commence dans la confusion. D’abord dans celle du vocabulaire. Les uns parlent de revenu, d’autres d’allocation, d’autres encore y voient un salaire en oubliant l’étymologie du mot qui a successivement désigné une dotation en sel des soldats romains, la solde des militaires et finalement la rémunération d’un travail. Arguments et arguties ne manqueront pas de sel.

Des appointements au traitement en passant par les dégrèvements, bien d’autres appellations sont possibles. Notre société de compassion ne tardera pas à ajouter à cette prestation une indemnité pour nous « consoler de vivre » !

...

Par Pierre Auguste le 2016-09-13

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
État de droit et devoir d'État

 

La conjoncture politique est aventureuse. Par une étrange fatalité, les meilleures intentions civilisatrices finissent souvent en conflits armés.

Nous autres les Européens, et plus encore nous citoyens français, et avec nous les mimes politiques qui nous représentent, sommes engagés dans un dangereux slalom entre l’État de droit et le devoir d’État.

Nous avons cru que nos us et coutumes et le droit, par lequel nous les avons mis en pages et en volumes, avaient valeur universelle et allaient pouvoir être mondialisés.

Bien imprudemment nous avons ouvert sans précaution les fenêtres de l’information, les portes du commerce, les voies des transhumances humaines et économiques.

Les bonnes âmes attendaient le « gagnant-gagnant ». Force est de constater qu’il y eut aussi des perdants.

...

Par Pierre Auguste le 2016-09-06

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
Des mots pour ne rien dire

 

« Donnez-moi deux lignes de la main d'un homme, et j'y trouverai de quoi suffire à sa condamnation. » Cette phrase attribuée au Cardinal de Richelieu (1585-1642) pourrait faire pendre haut et court quelques hommes politiques d’aujourd’hui auxquels on promet déjà pis que pendre. Il y a des mots qui tuent. Non la cible mais l’archer. Et avec les progrès du mauvais esprit il suffit désormais d’une ligne ou d’un mot pour être réprouvé.

Nous voilà entrés dans la constellation des élections présidentielles qui, de lustre en lustre, embrase esprits et ciel politique par une pluie de météores.

Les surenchères sont ouvertes. La grande manœuvre des entonnoirs est commencée pour maximiser le recueil des voix.

Les discours doivent être courts pour être écoutés, percutants pour être entendus, sélectifs et segmentés pour être convaincants, simplifiés pour être mémorisables. Comme on dirait au pays de Mistral, l’authenticité, la logique formelle et la syntaxe en sortent estrassées, escagassées.

...

Par Pierre Auguste le 2016-08-31

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
Le Roi s'amuse

 

La rentrée est là. Une nouvelle génération de bacheliers cherche une suite pour sa vie. Et des raisons d’espérer un emploi.

Cette dernière couche de citoyens ne peut ignorer que Victor Hugo avait vu interdire sa pièce, le « Roi s’amuse », le soir même de sa première représentation. La monarchie de Juillet avait bien vite retrouvé le chemin de la censure.

Bousculée par Internet, notre « Monarchie Républicaine de Mai » est bien tentée de restreindre la liberté d’expression. Mais l’exercice de la censure n’est guère praticable sous le régime de l’ubiquité des moyens modernes de diffusion.

L’antidote de la liberté est dans les us et abus de la communication. Désormais le pouvoir est condamné à écrire et parler plus haut, plus fort, plus faux, plus continûment que tout le monde.

...

Par Pierre Auguste le 2016-08-23

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
Innovation et concours de circonstance

 

Des politiciens viennent en procession à la télévision pour appeler à l’innovation. Sur l’air des lampions, qui n’est pas nouveau. Les projets novateurs et les processus innovants abondent sur le papier. Ils sont plus rares sur le terrain. Allez savoir pourquoi ils ont tant de mal à sortir du champ des intentions !

Le mot innovation est brumeux. Nul ne sait ce qu’il contient ni ce qu’il cache. Il y a des degrés dans l’innovation. En certains domaines elle est plus difficile, ou plus incertaine, ou plus folle, ou plus coûteuse, ou moins judicieuse, ou trop tardive…

C’est une mission des états et des grands systèmes banquiers de lancer des grands projets novateurs. Les grands programmes sont porteurs d’innovation, en eux-mêmes et en leurs composantes. L’innovation s’y manifeste à tous les étages mais elle ne peut généralement pas être mise en tête d’arborescence d’un projet. Elle se déploie dans le cadre de sous-traitances quand on lui accorde la primauté.

...

Par Pierre Auguste le 2016-08-16

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
Ressources humaines et ressources de l'homme

 

Il est loin le temps où le serf était attaché à la terre.

Il est révolu le temps du nationalisme étroit et protectionniste qui limitait et contrôlait les mouvements des richesses et des hommes.

Il est en voie de révolution le temps de l’Europe avec sa préférence communautaire, son espace policier, ses frontières externes passoires, ses ambitions unitaires toujours différées.

La mondialisation bouscule les mœurs, déplace les populations, délocalise les entreprises, fait tourbillonner le commerce, affole les capitaux.

Principe de précaution oblige. Des voix s’élèvent pour protéger notre économie.

...

Par Pierre Auguste le 2016-08-09

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
La gonflette des compétences

 

Nous vivons dans la culture de la gonflette. Pour s’en convaincre il suffit de regarder la publicité. Commerciale et politique. Le phénomène est mondial, et généralisé. C’est à qui soufflera le plus fort dans les trompettes de la renommée.

Sur les plages s’exposent des rondeurs diverses.

En notre beau pays, pour l’enflure nous ne craignons personne. Notamment pour valoriser nos talents déficients.

L’air du temps en apporte des effluves, les faits divers en donnent des signes, les spams des messageries en communiquent les spasmes. Des demandeurs d’emplois pratiquent la gonflette des compétences comme un sport à la mode. Dans leur curriculum vitae certains embellissent les parcours, forcent le trait sur leurs compétences, usurpent diplômes et titres. Les auteurs en sont divers, parfois insoupçonnables.

Les conséquences de ces tricheries sont parfois lointaines et inattendues.

...

Par Pierre Auguste le 2016-08-02

Lire la suite

Lire la suite de cet édito

cv
Empire du Spectacle et Spectacle des Empires

 

Les empires sont plutôt créés par les empereurs potentiels.

Les candidats inavoués sont nombreux. Tous les régimes, y compris les républiques, en sécrètent comme les organismes vivants sécrètent des humeurs.

Tout détenteur d’une parcelle de pouvoir estime que tout irait mieux s’il élargissait son emprise géographique et politique. L’empire est un cumul que personne n’a su endiguer.

Pour bâtir un empire, il faut de l'ambition, de l’initiative, de l’opportunisme, de la chance, de la volonté, du talent de persuasion, de l’esprit de décision, quelque peu d’amoralité. Tout étant relatif, il faut aussi des concurrents modérés.

Pour vivre heureux il faut vivre caché. L’empereur établi ou en devenir est donc malheureux. Peut-t-on devenir et rester empereur sans se donner en spectacle ?

La vaillance commande de se faire voir des troupes, de se jucher sur des tribunes ou des pavois pour haranguer ses pairs qui s’accrochent à leur parité, présider des cérémonies civiles, se faire acclamer par les foules, prendre du repos bien en vue sur un trône.

...

Par Pierre Auguste le 2016-07-26

Lire la suite

Lire la suite de cet édito